*

Court & documentaire, les courts du réel

LES COURTS DU RÉEL
Dans le cadre du Festival du Film Court de Villeurbanne, une après-midi consacrée au court métrage du Réel

Maison du Livre, de l'Image et du Son François Mitterrand
samedi 26 novembre à partir de 14h30

Entrée libre
(sur réservation auprès de la Vidéothèque pour les groupes)
tél. 04 78 68 04 04

Dans le cadre du Festival du Film Court de Villeurbanne, la Vidéothèque de MLIS vous propose un après-midi de courts documentaires, un écran ouvert sur les courts du Réel...

Projections et rencontre avec Boris Chomon et Julien Huger, réalisateurs


PROGRAMME DECOUVERTE : "PORTRAITS" D'ALAIN CAVALIER
samedi 26 novembre à 14h30
Projection de 4 films de la série "Portraits" d'Alain Cavalier

PROGRAMME COMPETITION
samedi 26 novembre à 16h
Programme compétition pour le « Prix honorifique du meilleur court du Réel »

Les programmes

Courts du Réel : Compétition

Maison du Livre, de l'Image et du Son François Mitterrand
samedi 26 novembre à 16h
projection, rencontre, compétition

entrée libre

Programme compétition spécial « Master 2 documentaire de création » organisé entre l’Université de Grenoble Alpes et l’École documentaire de l’association Ardèche Images à Lussas.

En présence de Boris Chomon et Julien Huger, réalisateurs

Fondé sur le partenariat entre l’Université Grenoble Alpes et l’École documentaire de Lussas (Ardèche), le « Master 2 documentaire de création », destiné à sensibiliser les futurs réalisateurs aux enjeux formels et éthiques de leur pratique artistique tout en leur assurant une autonomie dans l’usage des outils, allie l’enseignement théorique à une « pratique » d’école de cinéma. Chaque année, les étudiants y poursuivent, tout au long de l’année, l’écriture d’un projet de film destiné à être réalisé et produit après la formation. En vivant ensemble pendant un an dans le village de Lussas, en partageant et en confrontant les pratiques comme les points de vue  ainsi que l’expérience, la singularité des regards peut s’affirmer, se conjuguer. Cette séance présente cinq courts métrages documentaires réalisés par de jeunes réalisateurs en formation entre 2010 et 2014, sur lesquels le public est invité à se prononcer pour le « Prix honorifique du meilleur court du Réel 2016 ».

Cette édition sera aussi l’occasion d’une rencontre conviviale entre le public et deux jeunes réalisateurs, Boris Chomon et Julien Huger, qui ont terminé leur Master 2 en 2013 et qui seront présents tout au long de l’événement.

Public et réalisateurs seront également invités à partager la diffusion d’un court métrage documentaire qui sera réalisé, en atelier d’initiation avec des adolescents, à la Maison du livre, de l’image et du son, quelques jours auparavant.

Voir le détail pour Courts du Réel : Compétition

Courts du Réel : Découverte

Maison du Livre, de l'Image et du Son
samedi 26 novembre à 14h30

entrée libre

Quatre films de la série Portraits d’Alain Cavalier, Caméra One 1986 – 1991

« Au commencement, il y eut une rencontre : intrigué, en rentrant chez lui, à Paris, par un atelier allumé tard dans la nuit, Alain Cavalier se décide un jour à en pousser la  porte. Il fait ainsi la connaissance d’une matelassière, qu’il revient filmer peu après, accomplissant les gestes de son métier tout en livrant des bribes de sa vie. Ensuite, il y  aura La fileuse, L’orangère, La rémouleuse… au total vingt-quatre portraits de femmes exerçant ces petits métiers de Paris en voie d’extinction, par lequel Alain Cavalier, artisan de cinéma, semble revenu à la source de son art (et métier) de cinéaste, celui d’enregistrer le réel et le frémissement de la vie. » Ciné-Club de Caen

Les films projetés :
La repasseuse (1986, 11 min)
La bistrote (1987, 11 min)
La dame-lavabo (1988, 11 min)
La gaveuse (1991, 13 min).

" J’ai tourné vingt portraits. Mon désir est d’archiver le travail manuel féminin. Mon espoir est qu’entre le premier et le dernier portrait, ce soit aussi l’histoire du travail  d’un cinéaste. Comment filmerai-je ma soixante-dix-huitième rencontre ? J’ai choisi cette courte durée de treize minutes environ pour plusieurs raisons : ne pas ennuyer,  échapper à toute coupure, réaliser le film vite, dans un élan et sans trop de ratures. Je ne suis pas un documentariste. Je suis plutôt un amateur de visages, de mains et d’objets : j’aime la générosité de ces femmes qui acceptent que je les filme. Rendre compte de la réalité ne m’attire pas. La réalité n’est qu’un mot, comme sa sœur jumelle, la fiction, que je pratique par ailleurs, avec un plaisir différent." Alain Cavalier

Voir le détail pour Courts du Réel : Découverte